De nombreux pays dans le monde ont découvert l’hydrogène renouvelable (H2) comme moyen de décarboner leur système énergétique. La demande mondiale d’hydrogène va donc fortement augmenter dans le futur. Dans ce contexte, la preuve de la production durable d’hydrogène est tout aussi importante que sa prise en compte dans les objectifs nationaux en matière d’énergies renouvelables et de réduction des émissions. Mais comment prouver que l’hydrogène est effectivement produit de manière durable ?

La certification de l’hydrogène renouvelable et de ses dérivés est un outil essentiel pour démontrer le respect des exigences de l’hydrogène renouvelable et pour le distinguer de son équivalent fossile chimiquement identique. La certification est donc une condition préalable au commerce de l’hydrogène renouvelable et à l’émergence d’un marché mondial de l’H2. Jusqu’à présent, il n’existe toutefois pas de système de certification uniforme au niveau mondial.

Le nouveau rapport du comité allemand du Conseil Mondial de l’Énergie (Weltenergierat) et de l’Agence allemande de l’énergie (DENA) « Global Harmonisation of Hydrogen Certification » examine donc onze normes et cadres réglementaires pour l’hydrogène renouvelable dans le monde et évalue leurs points communs, leurs différences ainsi que leur potentiel d’harmonisation.

Le 20 janvier 2022, un webinaire sur la publication de l’étude a été organisé, à revoir ici : https://youtu.be/81Tjen5WrHM.

Retrouvez ici la présentation faite par Katharina Sailer (DENA).